Elections du Conseil de l’Ordre 2013

Mes Chers Confrères,

L’année 2013 s’achève bientôt et vient le temps des élections.

Un Bâtonnat atypique où la Démocratie au sein de l’Ordre n’a pas changé d’un pouce (NDLR cela a valu à un membre du Conseil de l’Ordre un passage en conseil de discipline pour avoir essayé de faire respecter les règles déontologiques et oser s’exprimer librement en tant que Président d’un Syndicat) qui s’en va, s’en va…

Un autre qui arrive. Un Dauphin et un Vice Dauphin qui attendent patiemment leur investiture tout en ayant fait cette année l’économie de faire campagne comme tous les autres, comme si ce n’était qu’une formalité.

N’oublions pas d’ailleurs les obligations de résultat. Je ne vais pas les énumérer, il y en a tellement et je me demande si elles seront toutes respectées… L’avenir nous le dira.

Vous vous dites surement qui voter ? qui soutenir ?

Cette année, nouveauté mes chers lecteurs ! J’ai décidé (NDLR : sans égratigner quiconque, promis) de regarder attentivement les propositions des candidats.

Ne nous attardons pas à quelques candidats qui n’ont pas vraiment d’idées et qui se présentent uniquement pour avoir l’étiquette « Membre du Conseil de l’Ordre ». D’ailleurs, à ce sujet, j’ai écrit à deux candidats. Un m’a répondu. Le deuxième pas (ça en dit long sur sa capacité de réaction). Celui qui m’a répondu on se rend très vite compte qu’en creusant véritablement, il n’ya pas vraiment d’idées, ce qui m’inquiète car c’est d’ailleurs son énième candidature.

Bref, intéressons nous à ceux qui ont vraiment des idées.

Non, cher Confrère, je ne parlerai pas de l’UJA. Je suis apolitique et franchement quand j’ai lu leur profession de foi, je suis resté de marbre. J’ai cru à un récital du « je crois en Dieu »….

Je parle ici de vrais candidats qui à mes yeux ont des idées intéressantes, concrètes et qui peuvent faire changer les choses positivement. J’ai nommé Jean-Louis BESSIS, Daniel FELLOUS et Fabien NDOUMOU.

Pourquoi dire cela ?

Je pense que c’est eux qui ont la vraie conscience des problèmes actuels de notre Ordre. Ce sont eux qui ont de réelles propositions pour aider les Confrères en difficulté et surtout ils font passer les intérêts des autres avant ceux des leur.

Quelles difficultés posent ces candidats ?

– difficulté économique de nombres d’entre nous : 51% quitte la profession au bout de 5 ans d’exercice. Des confrères qui peinent à entrer dans leurs frais ou qui n’arrivent pas à vivre de leur travail.

– Manque de protection de l’avocat collaborateur : des progrès ont été faits mais cela n’est pas suffisant. Restent de taille les problèmes pratiques suivants : plus d’adresse professionnelle et de toque au bout de 3 mois à compter de la rupture du contrat de collaboration. Encore une vraie précarité.

– Une indemnisation pour les Avocats commis d’office indécente face à l’ampleur des diligences à effectuer.

– Une insuffisance dans la formation EFB. Les élèves avocats ne sont pas formés pour entrer dans la profession. Une formation pauvre et scandaleuse contrairement à celle de la magistrature notamment qui eux forment de vrais magistrats, opérationnels.

– Pas assez de démocratie à l’Ordre (NDLR voir l’Affaire BITTON et mon coup de gueule : audience reportée au 18 décembre 2013 de 9h à 13h. Venez nombreux soutenir Avi BITTON).

Quels sont leurs projets ?

– Projet de Jean-Louis BESSIS : http://bessis.org/

– Projet de Daniel FELLOUS : http://danielfellous-avocat.123siteweb.fr/

– Projet de Fabien NDOUMOU : Cliquer ici

Les 10 et 11 décembre 2013, soutenez et votez Jean-Louis BESSIS, Daniel FELLOUS et Fabien NDOUMOU.

Votre bien dévoué.

Thomas DESROUSSEAUX

Appel à la mobilisation dans l’affaire BITTON

Mes Chers Confrères,

Ceux qui me connaissent savent que je suis travailleur et discret tant dans ma vie personnelle que professionnelle et que je ne gueule que très rarement.

D’autres qui ne me connaissent pas ou à peine ont pu juger que ma lettre de soutien de samedi dernier était un cri du coeur, un acte courageux.

Mais ça n’est pas tout…

Je ressens un ras-le-bol. Les plus riches au détriment des plus pauvres. Les plus gros Cabinets favorisés au détriment des plus petits. Stop !

Chaque année, on nous ressort le même discours : « nous avons compris votre problème et si vous m’élisez, on vous aidera ».

Mais qu’en est-il ?

Rien … Les mêmes difficultés apparaissent chaque année pour certains. La peur de disparaître, la peur de tout perdre et de repartir à zéro …

Où est l’aide de l’Ordre lorsqu’un Cabinet en difficulté financière menace de fermer ses portes ? Où est l’aide de l’Ordre lorsque nous n’arrivons plus à payer nos cotisations (URSSAF, RSI les plus gourmands) ? Quelle réaction a l’Ordre lorsque 51% de nos Confrères quittent la profession car ils meurent de faim ?

Je ne sais pas …

Mais ça n’est pas tout…

Un Ordre à deux vitesses qui poursuit des Confrères pour manquements déontologiques mais qui protège ses membres qui fautent et qui commettent ces mêmes manquements.

Le sentiment qu’il existe deux catégories d’avocats : ceux qui ont des responsabilités, qui ont le pouvoir et qui agissent pour certains dans leurs intérêts et les simples avocats.

Aujourd’hui, un Confrère, à l’heure actuelle, hausse le ton et ne fait que deux choses durant son mandat de membre du Conseil de l’Ordre : DENONCER les malversations de notre Ordre et AGIR dans notre intérêt.

Quelle réponse a-t-il obtenu de l’Ordre ? Un passage en Conseil de discipline.

Mais est-ce normal ? Combien de temps allons-nous encore supporter cela ? Combien de temps notre silence durera-t-il ?

Nous sommes dans un pays démocratique avec des libertés : liberté d’expression, liberté d’opinion, liberté de penser.

Qu’en est-il de ces libertés au sein de notre « Confrérie » ? je doute qu’elles existent.

Se taire, à mes yeux, c’est cautionner. Ne rien faire, à mes yeux, c’est approuver.

Alors j’appelle à la mobilisation de tous !

Mobilisons-nous pour que les choses bougent au sein de notre Ordre.

Mobilisons-nous pour que nos valeurs chères à nos yeux ne disparaissent pas au détriment des réfractaires attachés à leurs privilèges.

Mobilisons-nous pour dire NON à une sanction de l’Ordre contre notre Confrère BITTON.

Soyons nombreux, mardi 26 novembre 2013 de 9h30 à 13h, pour soutenir notre Confrère BITTON qui ose dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

Nous sommes tous concernés dès lors que nos libertés sont en danger.

Votre bien dévoué.

Thomas DESROUSSEAUX

PS : Soyez rassurés, je ne me présenterai pas comme candidat au Conseil de l’Ordre.